Tencent rachète l’éditeur de Clash of Clans pour 7,5 milliards d’euros

Tencent rachète l’éditeur de Clash of Clans pour 7,5 milliards d’euros

Voilà plusieurs jours que la nouvelle planait, c’est désormais fait : le groupe chinois Tencent rachète les parts de Supercell détenues par le japonais Softbank et valorise ainsi le studio finlandais 7,5 milliards d’euros (8,6 milliards de dollars).

Softbank a vu son niveau d’endettement gonfler très fortement suite à l’acquisition de Sprint aux Etats-Unis et la priorité semble être de réduire cette dette : la vente de la participation dans Supercell devrait ainsi permettre au groupe japonais de retrouver une situation d’endettement plus raisonnable tout en s’adjugeant une belle plus-value à la clé : en 2013, la valorisation retenue de Supercell ressortait à 3 milliards de dollars. Belle culbute !

Bien connu pour son jeu phare Clash of Clans, Supercell a aussi développé Hay Day, Boom Beach et plus récemment Clash Royale.

De son côté, Tencent a déjà un pied dans le monde de l’industrie vidéoludique puisque le groupe est déjà actionnaire de Riot Games (League of Legends). Lors du rachat de Riot Games, le chinois avait annoncé vouloir se développer dans les MOBA sur mobile.

Le pari est risqué puisque Supercell a été acheté sur la base de multiples extrêmement élevés, le studio finlandais étant survalorisé selon les analystes. La société a généré 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 820 millions de résultat, une profitabilité comme on n’en voit jamais.

Reste à savoir si le studio de génie réussira à continuer sur sa lancée en produisant des blockbusters. Clash Royale, dernier né des studios, est un véritable carton. Les mois qui viennent seront donc cruciaux mais on peut faire confiance aux petits gars de Supercell pour continuer à capter l’argent des fans de chacun de leur jeu qui n’hésitent pas à dépenser sans compter pour mettre à jour leur contenu « in-game ».

Une industrie en phase de consolidation permanente

Cette transaction n’est que la suite logique d’une industrie en pleine mutation qui n’échappe pas aux phases de consolidation. Ces derniers mois, de nombreux rapprochements ont eu lieu : si l’acquisition de King (Candy Crush) par Activision / Blizzard pour 5,2 milliards d’euros était une transaction de référence en 2015, l’OPA initiée par Vivendi sur Gameloft a été couronnée de succès il y a quelques jours à peine.

Si pour l’instant l’ogre Vivendi semble être rassasié, le groupe dirigé par Vincent Bolloré se réserve le droit d’avaler Ubisoft lorsque bon lui semblera même si officiellement, cela n’est pas à l’ordre du jour. Les vagues de concentration dans l’industrie du Jeu Vidéo ne sont pas prêtes de s’arrêter.

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *