[Avis] Devil Inside (film)

[Avis] Devil Inside (film)

Disposant d’un budget ridicule de 1 million de dollars, The Devil Inside est un film sur l’exorcisme tourné caméra à l’épaule qui sort des sentiers battus et qui dispose d’un rythme assez soutenu pour captiver le spectateur du début à la fin. Allez, on décortique tout cela dans l’article, suivez le guide, à défaut de prêtre…

Après l’Exorciste (1973), l’exorciste : au commencement (2004), l’exorcisme d’Emily Rose (2005), le dernier exorcisme (2010), le Rite (2011) pour ne citer qu’eux, voilà que débarque sur grand écran The Devil Inside.

Si l’Exorciste reste un film culte pour de nombreux fans de film de genre (nostalgie, nombreuses anecdotes autour du film), l’exorcisme d’Emily Rose n’était pas mal non plus dans son genre (inspiré de l’histoire de Anneliese Michel).

Alors que vaut ce The Devil Inside, est-ce qu’il s’agit d’une pépite brute ou d’un simple bâtard à vite oublier ?

 Une histoire faite de bric et de broc

1989 … Un texte défile sur un écran noir, l’enregistrement de l’appel d’une femme à la police : « Je les ai tué … tous« .

3 corps sans vie dans une maison. Maria Rossi, catholique pratiquante déclara avoir assassiné trois membres de sa paroisse. Pourquoi ? Nul ne le sait. Cependant, elle fut envoyée à Rome, dans la clinique psychiatrique Centrino.

Vingt ans plus tard, Isabella Rossi qui n’a plus eu de contact avec sa mère depuis le triple meurtre décide de réaliser un documentaire et se rend au Vatican afin de rencontrer sa génitrice pour avoir quelques éléments de réponses.

Bien décidée à en découdre, la jeune femme fera la rencontre de deux prêtres exorcistes qui tenteront d’aider Maria Rossi. Equipés de matériels électroniques performants (électrocardiogramme, instrument de mesure de dilatation de pupille, etc.), ils comprendront que leur tâche sera rendu extrêmement difficile lorsqu’ils diagnostiqueront un cas de multiples possessions; la mère d’Isabella étant possédé par quatre démons…

 

L’utilisation du found footage qui a fait ses preuves

Si tous les films d’exorcisme ont été tourné de manière classique (sur rail, travelling, etc.), The Devil Inside a choisi l’option du found footage (utilisation de rushs pour en faire un film). Le premier film de ce genre on s’en rappelle tous puisqu’il s’agit du projet Blair Witch. Avec The Devil Inside, l’utilisation de la caméra à l’épaule est de mise.

Le seul problème de ce genre de méthode c’est que cela donne la nausée au bout de 5 minutes mais on s’y habitue…

 

Des expressions plus vraies que nature

Soyons francs, je n’ai jamais assisté à un exorcisme de ma vie mais les maquillages et les prestations d’acteurs sont tout bonnement bluffants. Le jeu de Suzan Crowley qui incarne Isabella Rossi est vraiment « terrifiant de vérité » ! On ressent vraiment la tension lors des scènes d’exorcisme, nos muscles se tendent, on est plongé dans le coeur de l’action.

 

Pour conclure : faits réels ? J’y vais j’y vais pas ?

Même si le film souffre de gros défauts comme une fin qui n’en n’est pas une, The Devil Inside reste un bon film du genre qui surfe sur un thème récurrent (le combat du Bien contre du Mal) et qui a su utiliser le marketing viral de façon judicieuse pour faire exploser le box-office outre Atlantique. Malgré l’un des slogans du film, The Devil Inside ne s’inspire d’aucun fait réel précis (hormis les cas d’exorcisme qui ont lieu à travers le monde), ce qui n’était pas le cas par exemple de l’exorcisme d’Emily Rose.

Les scénaristes ont bien coché toutes les cases : eau bénite, présentation du crucifix, étole de prêtre violette, prière en latin (et encore, il fallait tendre l’oreille), paroles blasphématoires. Ne boudons pas notre plaisir, tout s’imbrique parfaitement bien, je valide.

Pour les fans de ce genre de film, foncez le voir sans hésiter. À tous les autres, peut-être trouverez-vous votre bonheur ailleurs. :]

Quoiqu’il en soit, bons films !

 

(++) Ce que j’ai apprécié

  • Un film sur l’exorcisme, de loin le thème que je préfère dans les films d’horreur
  • La performance de Suzan Crowley
  • Le trio constitué d’Isabella Rossi et des deux prêtres (je laisse Michaël le cameraman de côté)
  • La tension palpable tout au long du film

() Ce qui me laisse perplexe

  • L’histoire qui aurait mérité un travail de fond
  • La fin qui reste pour moi totalement moisie (faut pas se foutre de la gueule des spectateurs !)
  • Le côté James Bond des exorcistes avec leurs appareils de mesure
  • Le scénario pas très bien ficelé (on comprend tout de suite ce qu’il s’est passé lors de l’exorcisme de Maria Rossi à l’hôpital)
  • Un Devil Inside 2 qui serait à l’étude, faut pas déconner Messieurs de la Paramount

Ze bande annonce qui envoye du bois

Bonus

Je vous fait profiter des commentaires Twitter de @Bouletcorp sur The Devil Inside qui m’ont presque fait décrocher ma mâchoire tellement j’ai rigolé, attention morceaux choisis :

« Le trailer est mieux que le film. A choisir regarde le trailer. »

« Le pitch: il y a des gens possédés et des super-curés pratiquant des exorcismes clandestins, suivis par deux reporters caméra à l’épaule »

« Pour ceux qui demandent en quoi c’est si nul: on dirait un épisode de Supernatural dont on aurait ôté l’humour, tourné par une classe de 3e. »

« Ce film est la preuve que Satan existe: il est producteur. Il imagine les gens devant cette merde et il part d’un grand rire démoniaque. »

« Je veux insulter le réalisateur. Hurler des obscénités sur sa mère en latin à l’envers. »

 

Mots-clés qui ont permis aux internautes d'avoir trouvé cet article:

  • exorcisme réel
  • thé rossi files
  • the rossi files histoire vrai
  • le film devil inside
Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

1 comment

  1. Pingback: [Avis] Lumines Electronic Symphony (PSVita)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *