Le Hobbit un voyage inattendu : mou du genou tout ça

Le Hobbit un voyage inattendu : mou du genou tout ça

En cette période de disette, rien ne vaut la sortie au cinéma d’une franchise bien connue, d’une grosse production qui a bénéficié d’un budget XXL. Est-ce que cela suffit pour en faire un bon film ?

The hobbit

Une histoire d’élu, d’anneau et d’une troupe de nains joyeux

Mais par quel bout pourrais-je bien commencer ? On ne va pas réinventer l’eau tiède, parlons tout de suite de l’histoire pour nous en débarasser : Bilbo Sacquet (Bilbo Baggins en version originale) un hobbit fumeur de pipe à ses heures est l’Elu ! Il a été choisi pour reconquérir le royaume d’Erebor qui appartenait jadis aux nains qui en furent expropriés par un dragon vénal (comme Picsou il aime plonger dans sa piscine de pièces d’or… si si je vous jure !). C’est donc avec une troupe de treize nabots grassouillets que le jeune hobbit va devoir affronter Bowser ogres, orques et plein d’autres joyeusetés. Oyez oyez Mesdames et Messieurs, on dresse le chapiteau (ah oui je savais bien que cela allait te fait rire toi dans le fond) et on fait entrer les clowns, les dresseurs de fauves et les jongleurs… 2 heures 45 de film soit 165 minutes de scènes un peu fadasses malgré les effets spéciaux qui ont fait le succès du Seigneur des anneaux. Le film est beau mais traîne en longueur, surtout au début (sympathique la petite fête chez Bilbo mais ça n’apporte rien à l’histoire). Je me suis tellement ennuyé dès les premières minutes que je n’ai pas pu m’empêcher de m’assoupir quelques instants. En adaptant le roman de J.R.R. Tolkien pour en faire une trilogie, Peter Jackson a par la même occasion pris le parti de faire des 3 volets à rallonge, un mauvais choix selon moi car on va perdre cruellement en dynamisme.

Le hobbit : un voyage innatendu

Andy Serkis (Gollum) donnant la réplique à Martin Freeman (Bilbo)

Vu et revu : il y avait mieux à faire

Nous retrouvons nos repères dès les premiers instants : Frodon et Gandalf, les deux piliers de la précédente trilogie répondent présents même si le jeune hobbit n’apparaît à l’écran que quelques secondes. Le personnage central cette fois-ci c’est donc Bilbo qui rencontrera au cours de son périple Galadriel ainsi que Gollum. Saroumane croisera rapidement la route de Gandalf. En débutant dans la Comté (The Shire) et en passant par Fondcombe (Rivendell), là aussi nous ne sommes pas perdus mais entre les deux, nous aurons droit à une multitude de lieux vus et revus (de la grotte, des montagnes, du repère d’ogres…). Alors oui la critique est facile, toute trouvée cependant tout spectateur un tant soit peu objectif ne pourra que me rejoindre sur ce point.

Je ne suis pas un expert de J.R.R. Tolkien et je n’ai jamais ouvert le livre publié en 1937. Peter Jackson aurait peut-être pu faire mieux, je trouve les personnages trop étriqués dans leur rôle, il ne dégage aucune aura, rien. J’avoue tout de même avoir bien rigolé lors de la rencontre de Bilbo et de Gollum.

Un premier volet qui pose des bases nécessaires

Ce premier volet remplit tout de même le cahier des charges imposé : il plante le décor, il nous indique comment Bilbo a trouvé l’anneau et nous offre des paysages sauvages de toute beauté (la Nouvelle-Zélande y étant pour quelque chose) agrémentés d’effets spéciaux à la hauteur. Alors oui, j’ai été déçu par la mise en scène et par de nombreux plans qui traînent en longueur. Ce film « pop corn » n’est selon moi ni bon ni mauvais, il a le mérite d’exister (l’exercice de la transposition en long-métrage étant loin d’être évident) et j’attends beaucoup du second volet et de l’avancée de la petite troupe vers Erebor. Allez, un peu de patience, le deuxième volet La désolation de Smaug arrivera sur nos écrans le 11 décembre prochain.

Le hobbit : un voyage innatendu

Paysages sauvages de Nouvelle Zélande

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *