Possédée : mensonges et démon en boîte

Possédée : mensonges et démon en boîte

Possédée : « based on a true story ». Je suis Toujours un peu méfiant lorsqu’un film débute par cette phrase. Si on vous disait qu’un démon pouvait rentrer dans une boite à musique, vous y croiriez ?

Possédée

Possédée nous propose une trame narrative qui sort du lot

Un divorce, une garde alternée, rien de plus banal à notre siècle mais quand Clyde Brenek, père attentionné, décide de faire plaisir à Emily, sa fille cadette, en lui achetant un coffre en bois dans un vide grenier, c’est là où tout bascule. Malheur à celui ou celle qui ouvrira le coffre où se trouve des inscriptions en hébreu. Vous l’aurez compris, Emily va tenter par tous les moyens d’ouvrir son nouveau joujou et finira par arriver à ses fins. Très vite, des évènements lugubres vont se produire, terrifiant toute la petite famille.

Mensonges !

Revenons un instant sur le « Based on a true story ». Autant que vous le sachiez tout de suite : non, ceci n’est qu’un argument marketing pour faire venir la foule en masse dans les salles obscures. Que dire de l’indication qui s’en suit et qui indique que les évènements que nous allons voir se sont déroulés sur 29 jours… Pur mensonge vous l’aurez compris. Néanmoins, il y a bien un fond de vérité dans tout cela car un coffre en bois renfermant une entité malveillante semble avoir bel et bien existé. Les anciens propriétaires de ce coffre en bois lui avait donné le nom de « dybbuk ».  Il aurait appartenu à une famille polonaise et après être passé de mains en mains, il a été remporté aux enchères par Kewin Mannis en 2003. Le coffre contenait tout un tas d’objets personnels. Selon Mannis, il aurait été pris de violents cauchemars tout comme les anciens propriétaires du dybbuk, chacun ayant aussi rapporté qu’ils sentaient une odeur d’urine de chat ou de fleur de jasmin proche du coffre. Iosif Neitzke a été la dernière personne a remporté aux enchères ce mystérieux coffre en bois. Le dybbuk aurait été à l’origine de ses problèmes de santé (perte de cheveux inexpliquée, urticaire, toux avec saignements, marques de coups de la tête au pied). Neitzke tenait un blog où il racontait toutes ses mésaventures, un blog lui par un certain Jason Haxton qui décida un jour de venir en aide à Neitzke en faisant appel à un rabbin pour re-sceller l’esprit malveillant dans le coffre. Apparemment couronné de succès, Haxton aurait décidé de cacher le dybbuk afin qu’on ne le retrouve jamais. Dans la vie réelle, pas de dévoreur d’âme d’enfants ni de démon sortant des entrailles de son hôte donc.

Une ambiance malsaine

Possédée est une suite de scènes bien cadencées. D’une durée bien calibrée (moins de une heure trente), nous avons le droit à une entrée plutôt réussie, un plat de résistance légèrement amer et un dessert sans saveur. Si de nombreuses scènes sont un peu grotesques, le jeu de la jeune Natasha Calis (Emily) est impeccable par moment et son expression nous glacerait le sang si nous l’avions en face de nous.

Le film remplit donc parfaitement le cahier des charges, vous risquerez de vous sentir mal à l’aise devant certaines scènes.

Possédée

L’histoire n’est pas démentielle, on reste sur les sentiers battus. Un film plaisant qu’on appréciera tout aussi bien à la maison pour passer le temps je pense, le grand écran n’apportant rien ici. On est loin du degré d’intensité des grands classiques réglés au millimètre. Un long-métrage qui marche sur les plates-bandes de la série Paranormal activity avec un petit budget (14M$) pour un très bon retour sur investissements (79M$).

Possédée : bande annonce

Mots-clés qui ont permis aux internautes d'avoir trouvé cet article:

  • boîte de dybbuk
  • boite a dybbuk
  • possédée
  • possédée suite
Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *