[Avis] Twixt (film)

[Avis] Twixt (film)

Twixt, un film que je suis allé voir sans même connaître le pitch. Un nouveau Coppola, alors là je dis ouais, je mise et je relance !

Txixt, où comment Coppola se lâche en réalisant un film à l’Ouest tout en réussissant à capter l’attention du spectateur de la plus belle des manières.

 

\\ Que font les loups-garous ?

Twixt, c’est l’histoire d’un écrivain raté 100% alcolo qui se retrouve dans une bourgade perdue afin de dédicacer son dernier bouquin de sorcellerie.

Il croyait qu’il ne passerait qu’un après-midi dans ce trou paumé; il y restera bien plus longtemps, afin de mener sa petite enquête sur les évènements étranges qui se déroulent dans le patelin où il rencontrera notamment trois personnages clés : un shérif déglingué sur le déclin, V. une mystérieuse enfant qui ne cessera d’hanter ses rêves les plus dingues et Edgar Allan Poe, à la moustache frétillante. Ah, j’oubliais, une petite demoiselle avec un pieu dans le coeur.

\\ Un film tourné vers la fantasmagorie

Un shérif complètement débile qui fabrique des objets en bois, un beffroi qui compte de nombreux cadrans qui n’indiquent pas la même heure, des rêves tous plus étranges les uns que les autres, une morgue improvisée, une troupe de gothiques qui font du camping près d’un lac avec un métaleux qui récite du Baudelaire (et en français dans le texte, si si j’vous jure); non franchement, il y a à manger et à boire dans ce film.

Coppola ne s’est certainement pas contenté de balancer pèle mêle tout et n’importe quoi dans Twixt. Tout est minutieusement cadré, sous pesé et amène le spectateur vers une fin qui semble inéluctable, une conclusion en forme de thérapie où le réalisateur projette sur son personnage principal toute la tristesse qu’il a pu ressentir à un moment tragique de sa vie.

Pas d’effets spéciaux pléthoriques ici, pas de mouvements de caméra à outrance, on va à l’essentiel. Ce qui captive avant tout, c’est le parfait mélange entre le rêve et la réalité, le parfait dosage entre le grand guignol, la bouffonnerie et la justesse dans le jeu de Val Kilmer.

 

\\ Une bande annonce qui annonce la couleur

Allez donc vous délecter de cette bande annonce qui vous laissez peut être perplexe à première vue. Sur un écran géant, l’histoire de cet écrivain en mal de reconnaissance devrait cependant parvenir à vous happer.

 

httpvh://www.youtube.com/watch?v=xP7cQnOcU7I

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *