Albator : l’espace lui est tombé sur la tête

Albator : l’espace lui est tombé sur la tête

Le revoilà, Albator, le ca-pi-taine corsaire ! Il revient, Albator, pour les enfants de la Terre … ou pas. Impossible de ne pas se jeter sur ce film d’animation pour tout fan du corsaire de l’espace.

La technologie au rendez-vous : c’est beau

HarlockIl est loin le temps du dessin animé et Albator fait parti de ces héros qui ont bercé une génération de trentenaires ou quadra. Depuis, les technologies ont énormément évolué et on s’approche toujours un peu plus de la perfection, si elle existe. Aller voir Albator, c’est se prendre à coup sûr une belle claque dans la tronche car oui, c’est super beau. On se demande quelques fois si il s’agit de personnages animés ou de vrais acteurs. Les paysages sont très bien modélisés quant aux visages, ils sont assez bluffants : les expressions sont très bien réalisées. Oui mais … Aujourd’hui, nous avons besoin de plus pour nous divertir et la seule beauté des plans choisis ne suffit plus hélas. Il faut une histoire en béton armé et justement, parlons un peu du scénario.

Un scénario un peu fouillis

Kei dans l'ArcadiaL’histoire est sans aucun doute le gros point noir du film. Quel dommage, quel gâchis. Pourquoi avoir saboté le tout en fournissant au spectateur une trame au raz des pâquerettes ? Dans mon souvenir, Albator, c’était des combats de vaisseaux dans l’espace. Ici, on n’en n’a pas pour notre argent, je suis désolé mais il y a deux trois combats rapidement expédiés et l’histoire est cousue de fil blanc. On sait à l’avance comment tout finira. Je ne sais pas si le réalisateur avait en tête de tourner une suite mais il ferait mieux de s’abstenir. L’univers d’Albator est tellement riche, pourquoi avoir choisi une telle histoire ? Je me suis endormi environ quinze minutes au bout d’une demie heure. Je ne suis pas non plus un fan inconditionnel mais j’aime ce corsaire de l’espace et pourtant, assis confortablement dans mon fauteuil, l’histoire n’a pas réussi à me tenir en haleine.

La réalisation est aussi quelque peu chaotique avec des plans qui tournent quelques fois en longueur.

Peu de musiques envoûtantes

Ville bien modéliséeCe qui m’a aussi attristé, c’est le manque de mélodies. Ce qui fait l’essence d’un film, ce sont aussi les bons morceaux distillés au bon moment. Ici, point de belles chansons entraînantes. Et cela commence par le générique. Je l’ai attendu, en me disant que peut-être, Shinji Arakami et son équipe allaient titiller les fans et inclure un petit morceau du générique original mais non. Oubliez le générique, il n’y en a pas. OK, cela ne choquera peut-être pas grand monde mais moi je suis un vieux con et j’aime avoir un petit générique.

Bon, vous l’aurez compris, je n’ai pas du tout été séduit par cet Albator, corsaire de l’espace. Je prie pour qu’il n’y ait pas de suite ou alors que l’équipe de scénaristes soient complètement remaniée.

Si vous voulez passer un bon moment en ce moment, je vous conseille plutôt un bon Walter Mitty pour son côté rêveur ou Le loup de Wall Street pour son côté rock’n’roll à fond les clichés.

 

 

 

 

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *