Gravity : arnaque x quenelle

Gravity : arnaque x quenelle

Gravity est selon moi la belle arnaque de 2013 ! Comment ce long-métrage a t’il pu recueillir tant d’éloges ? Revenez sur Terre les gars !!

Comme disait Plastic Bertrand en son temps, « Ça plane pour moi ! Ça plane pour moi ! ». Deux possibilités pour les scénaristes de Gravity : soient ils étaient sous substances hallucinogènes H24, soient ils ont voulu délibérément se moquer du monde. Je penche pour les deux solutions tant ce film est une véritable catastrophe.

Sois beau et tais-toi

La Terre vue de l'espaceAlors allons-y parlons du point positif : c’est beau. Aussi beau qu’un jeu vidéo sur console next-gen ou que les innombrables vidéos de la Terre qu’on peut trouver sur YouTube en 1080p quand Free nous laisse un peu de répit. OK, je crois qu’on a fait le tour du sujet, on passe au reste ? C’est là où le bas blesse car oui mesdames et messieurs, on passe à quoi ? À rien.

Mais si, il y a la 3D qui dépote !

« Mais si, il y a la 3D qui dépote ! » Ah ok d’accord, on ne doit pas avoir la même définition du verbe dépoter.

Un scénario inexistant

Pas de scénarioJe me suis tout de même demandé au bout d’une vingtaine de minutes si nous allions avoir quelque chose à se mettre sous la dent. Eh, attendez ne partez pas le pitch du film est relativement simple, je vous laisse en juger : navette touchée par une pluie de débris + vide + vide + retour à tout prix sur Terre. Sympa non ? Allons allons, inutile d’aller chercher des théories métaphysiques comme j’ai pu le lire par ci par là pour en faire le film de l’année car à ce petit jeu, il serait facile de faire passer le moindre navet pour un film référence de sa génération.

Soyons pragmatique : Gravity dispose d’un scénario extrêmement limité, zéro pointé.

Comme par magie, même les actions les plus difficiles à réaliser dans l’espace sont couronnées de succès, bravo Messieurs les scénaristes, on applaudit bien fort comme des moutons (oui oui sauf une action mais que le fautif s’en morde les doigts gants) ! Rien à ajouter, « period » comme disent les anglosaxons.

Ah si, il y a quand même cette fin magistrale ! Ô joie ultime ! La fin il n’y en n’a pas, si je me souviens bien on a le droit à un fondu en noir mais quel bonheur de voir cette arnaque se terminer. Yes !

Deux acteurs pour remplir l’espace

Sandra Bullock et George ClooneyEntre Sandra Bullock l’oubliée et le vieux beau George Clooney, cela aurait pu coller. Doux Jésus on n’aura au moins pas droit à une séance de zoubizoubizous alors que ces deux là sont dans la grosse panade. Ouf ! Si Clooney sauve à peine la baraque en interprétant le rôle d’un astronaute fanfaronnant et drôle, avec Bullock ça ne le fait pas du tout.

Eh les gars on prend qui pour remplir l’écran ? […] Cette nana là ? Ouais OK elle devrait faire l’affaire

À quoi servent les plans sur les gambettes de l’actrice une fois son costume d’astronaute enlevée ? Vous direz que je me focalise sur des détails pour critiquer absolument tout et vous avez raison car sans cela, cet article aurait eu un titre et se serait résumé à deux mots : zéro pointé. Bam !

Pourquoi tant de haine ?

Sandra et GeorgeLorsqu’il y a foutage de gueule, il faut le dire. Je prends toujours le soin de pas trop prêter attention aux critiques avant d’assister à la projection d’un film, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Par curiosité, je suis allé lire quelques avis et j’ai compris pourquoi certains trouvaient ce Gravity extraordinaire : tous les arguments sont bons pour palier au vide de ce film. Quand un long-métrage est dégueulasse, il faut savoir le reconnaître. Inutile d’employer des mots savants ou des théories fumeuses pour tenter de soutenir l’insoutenable. Chaque personne interprétera le film différemment mais entre nous, eh, les gars, pour le commun des mortels qui va au cinoche pour se divertir, Gravity ne remplit pas son rôle.

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *