D.16 à 19 Hello, this is your captain speaking x3 – Japon 2011

D.16 à 19 Hello, this is your captain speaking x3 – Japon 2011

Futon le retour (!!) Cette nuit encore, j’ai pu apprécier les lits à la mode japonaise et, vous l’aurez compris, ce n’est pas pour me déplaire ! Journée de transit aujourd’hui puisqu’il faudra que nous rejoignons Haneda en avion pour repartir ensuite plein Sud vers Miyakojima. Mais nos plans vont être un peu chamboulés…

Je ne pensais que les paysages autour d’Hiroshima étaient aussi montagneux.

Eh oui, rien n’est parfait, même ici au Japon, même avec Japan Airlines ! Après un petit tour de bus qui nous emmena à l’aéroport, tout allait bien.

Une fois dans l’avion, Cyril me fit remarquer qu’un technicien regardait dans un réacteur de notre vieux Mac Donald Douglas des familles. Cyril-senpai m’avait assuré que Japan Airlines était très pointilleux sur la vérification des appareils alors je ne me suis pas inquiété plus que cela.
Là où je me suis posé des questions c’est lorsque deux autres employés se sont affairés sur les aéro-freins de l’aile droite. Le commandant de bord nous a indiqué que l’avion allait devoir être cloué au sol 30 minutes pour maintenance. Sur l’aile, les techniciens découpaient des bouts d’ailes et les rafistolait (!!).
C’est alors qu’une hôtesse de l’air est venue me parler, la seule chose que j’ai compris est que notre vol pour Miyakojima en partance de Tokyo Haneda allait devoir être reporté à demain (avec cette maintenance, nous allions arrivés trop tard à Tokyo pour prendre l’avion vers le Sud). N’étant pas très sûr de ce qu’elle nous avait dit, j’ai préféré la faire répéter mais en anglais cette fois. J’avais compris l’essentiel, je lui ai donc lâcher un petit « sumimasen ga dame desu » (désolé mais ce n’est pas possible). Elle sembla gênée et nous dit de ne pas bouger. Quelques minutes plus tard, elle nous confirma que nous allions être obligé de partir le lendemain. Mais c’est super ça !?
Bon, on est en vacances et nous n’avions de toute manière pas le choix, nous nous sommes donc rendus à Tokyo où une employée de Japan Airlines nous attendait. Coup de chance, elle nous a indiqué qu’ils avaient réussi à nous trouver des places pour un Tokyo-Okinawa puis un Okinawa-Miyakojima. Sauvés ! Nous arriverons à Miyakojima à 19 heures, à moins qu’une dizaine de techniciens décident de s’affairer sur les ailes de notre Boeing 777.
A croire que toute la jeunesse tokyoïte s’était donnée rendez-vous porte 14 pour l’embarquement. Le zingue était rempli de jeunes avec des looks tous plus décalés les uns que les autres.

Après deux heures trente de vol dont deux à dormir comme un cochon, deuxième atterrissage de la journée à Naha. Je n’ai pas compté les « arigatou gozaimashita » (merci beaucoup) de mon siège au terminal, à force ils me font mal à la tête (rho je sais j’abuse, je blague !).

Et c’est reparti pour un troisième décollage de la journée, cette fois pour quarante cinq minutes de vol direction Miyako (ouf!).

A l’arrivée, le propriétaire de notre guesthouse nous attendait. A peine avions nous mis les pieds par terre, que trois « kakoii » raisonnèrent suivie de quelques « Bienvenue ». Très sympathique comme accueil 🙂 (message pour Fanny : oui je me la raconte encore !)

C’est bien gentil tout ça mais il faudrait penser à se restaurer un peu 🙂 Un taxi plus tard et nous étions dans la rue des restaurants. Le problème c’est qu’on est au Japon, l’autre problème c’est qu’on est dans le Sud du Japon, le nouveau problème c’est qu’on est juste un peu situés dans les dernières terres du Japon (au Sud d’Okinawa). Ca veut dire qu’on peut oublier les photos devant les restaurants, qu’on oublie aussi les katakanas et les hiraganas et qu’on se débrouille à l’ancienne en baragouinant un peu de japonais. C’est juste énorme !

Après une petite Asahi, des tempuras et deux tournées de gyozas, on pouvait repartir à pied jusqu’à notre guesthouse. Eh oui, pas encore de vélos loués (Grrrr !). Trente minutes plus tard, assis sur la terrasse à traiter quelques photos, il était temps d’aller tester les futons de mon nouveau lieu de vie pour une semaine !

Le séjour à Miyakojima se déroule bien, ça bulle sec. Néanmoins, après avoir loué les vélos, il a bien fallu les utiliser pour nous rendre à la plage et il faut au bas mot entre 45 minutes et une heure de vélo pour poser le pied sur le sable. En plein soleil, c’est assez amusant…

Voilà quelques petites vidéos de Miyakojima :

 

Les deux premiers jours, nous nous sommes rendus au Nord de l’île, à Sunayama beach.

On a aussi fait connaissance avec les bêtes locales. J’ai demandé à un chauffeur de taxi si elle était dangereuse, il me dit que non, j’ai quand même reçu un petit jet lorsque je me suis approché pour la prendre en photo. J’ai été paralysé pendant au moins dix bonnes minutes… Ok, j’en rajoute un peu, mon caleçon de bain a juste été un peu sali 🙂

Après avoir roulé jusqu’en ville, une petite pizza s’imposait. On a pris des XL mais ce qu’on ne savait pas c’est qu’elles étaient normalement pour huit personnes. Inutile de vous dire que j’ai eu vraiment du mal à finir la dernière part (mdr !). Mais avec un bon vieux Fanta Grape ça passe bien 🙂

Nous avons ensuite décidé d’arpenter une autre plage : Maehama beach. Le sable y est plus fin, l’eau encore plus turquoise, le courant plus fort. Sans bouger vous vous retrouvez facilement à cent mètres en une minute.

Niveau alimentation, on peut dire que c’est du grand n’importe quoi avec en boisson du Fanta Grape, Fanta Pèche, Coca Cola, Pepsi Nex, Asahi, Kirin, Strong Zéro, eau (ouf ! on est sauvé) et niveau nourriture encore mieux : melon pan, hamburgers des combinis, riz curry, pizza, biscuits et j’en passe… Enfin, avec les deux heures de vélos par jour en plein soleil et la nage on en crame des calories !

Ce que j’apprécie au Japon, c’est que je peux laisser mes affaires (portefeuille compris) dans le panier de mon vélo, il y a très peu de chance qu’on me le vole. Lorsqu’on va dans un magasin, inutile de prendre son casque avec soi, la preuve en image :

Qu’avons-nous au programme demain ? Il faudra que je passe acheter un ballon de beach-volley, il y a un beau terrain à Maehama beach mais personne ne joue ! !

A bientôt 😉

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

6 comments

  1. fanny

    Un « bidonville » ?! Bon alors vraiment entre guillemets hein !
    MDR’ avec ta pizza pour 8 .
    Tu laisses vraiment ton porte monnaie tout seul, livré a lui même comme ca?! Roooh ca change de Paris !
    La grosse bèbète que t’as prise en photo…Brrr j’espère que ton chauffeur de taxi aime les étrangers…
    (message pour Rémy : et pas qu’un peu ;b, t’as le choix pour nous en ramener une apparemment xD)

  2. Les bresses

    Qui avait dit que ce serait un séjour tranquille !!!
    Il faut la mériter la plage et le sable fin !!! comme cela tu seras fin prêt pour aller faire une balade à vélo avec papa à ton retour, je rigole !!!!
    Au fait, comme dit l’adage, quand l’appêtit va tout va, alors nous sommes rassurés.
    En tout cas, d’après les quelques photos des plages, vous ne vous marchez pas sur les pieds.
    Bisous

  3. yannick

    Le « bidonville » comme tu dis est très soft je trouve. Y a largement quoi faire pour ne pas s’ennuyer la bas… Pour se taper 45 min à 1h pour aller à la plage, ils doivent être spotifs ou musclés… lol
    T’es trop fort avec ta pizza pour 8!!! T’en as mangé la moitié quand même… En clair t’as englouti 1 pizza pour 4 personnes!!! C’est pas un estomac que tu as mais un gouffre MDR
    J’adore la mentalité japonaise. En France tu laisse dans la rue ton portefeuille ou ton casque de moto 5 minutes, au final tu ne retrouvera rien MDR


  4. Post author
    Seyth

    Pour louer une voiture, un scooter en 100cc même en 50cc ils demandent un permis international donc la seule solution était le vélo 🙂
    Mes cuisses s’en souviendront ! ! C’est pénible surtout sur de si petits vélos où on est obligé de plier les jambes en deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *