Evil Dead : du sang plein les murs

Evil Dead : du sang plein les murs

Evil Dead … le retour, 32 ans plus tard. J’ai toujours peur des remakes surtout si ils touchent à des films mythiques. Si Sam Raimi avait livré un chef d’œuvre après deux ans de dur labeur, je n’avais qu’une seule peur : que Fede Alvarez tente de faire dans le mimétisme.

Regard de Mia effrayée

Je suis de ceux qui ont bien rigolé intérieurement à l’annonce d’une reprise de Evil Dead. Et oui les ami(e)s, comment faire mieux que Sam Raimi ? Comment nous faire frissonner sans tomber dans le surfait avec les moyens de 2013 ? Comment réinventer l’histoire ? Décidément, j’avais condamné Evil Dead 2013 un peu trop vite car oui les enfants, on en prend plein la gueule du début à la fin avec un scénario qui tient la route et ça c’est bueno.

Evil Dead : une histoire bien connue légèrement modifiée

Qu’est-ce qui peut bien motiver cinq jeunes à se retrouver au milieu de nul part en pleine forêt dans une vieille baraque délabrée ? À part le sexe, l’alcool et la défonce, il fallait en trouver une bonne excuse pour rameuter tout ce petit monde dans ce coin paumé. Jeune femme écorchée par la vie, Mia est accroc à la drogue. Bien décidée à en finir avec ça, elle a demandé à ses amis et son frère David de l’accompagner pour vivre quelques jours loin des tentations dans la cabane familiale, le temps d’y crever le temps de se sevrer.

Très vite, le petit groupe va découvrir que la cave recèle un bric à brac qui s’apparente à de la magie noire ou du vaudou, enfin bref, un joyeux bordel de sorcellerie bien organisé. Dans le tas, un livre avec une écriture indéchiffrable, seuls quelques mots étant traduits. Alors que David décide de nettoyer ce capharnaüm, Eric décide de lire quelques passages du livre à haute voix libérant ainsi une poignée de démons bien swag.

Livre des morts

L’élève ne dépasse pas le maître

On a le sentiment durant les premières secondes du film que tout va s’enchaîner de la même manière que la version de Raimi, cela pour notre plus grand plaisir : même plan choisi que celui utilisé à l’époque; on suit la voiture avec une vue du ciel. Heureusement, cet Evil Dead ne se veut pas être une copie conforme du film original. Le pitch est légèrement différent, tout comme le casting et quelques petits détails croustillants comme la fin du film.

Si Raimi nous avait fait frissonner, Alvarez a décidé de faire un film gore saupoudré de quelques scènes comiques et c’est réussi, je dois même vous avouer les keupins que c’est assez malin. Tout dépend ce que vous attendez d’un film d’horreur : si certains aiment les ambiances malsaines et oppressantes, d’autres s’extasient devant les bons gros slashers.  Je trouve en tous les cas que les deux versions se complètent merveilleusement bien.

Ici, vous aurez droit à des possessions bien glauques avec quelques soupçons de lucidité qui permettront aux protagonistes d’agir par eux même et qui rendront quelques fois les scènes plus drôle qu’on aurait pu le penser.

Même si ce billet n’a pas pour vocation de faire le parallèle entre les deux films, on peut dire que le remake d’Alvarez ne rivalise toutefois pas avec le film de Raimi

Erik dans la cabane maléfique

Une fin aux petits oignons

Un des temps forts et certainement le gros point positif du film : sa fin qui est complètement différente de ce à quoi on pourrait s’attendre. Si j’avais adoré les vingt dernières minutes de Evil Dead premier du nom, j’ai vraiment eu un gros gros coup de cœur pour les dix dernières minutes de cet Evil Dead 2013. Bien trouvé, bien tourné, court mais assez long pour tenir le spectateur en haleine après un twist sympathique.

Courrez vite vous agripper à votre fauteuil

Qu’on se le dise, Alvarez n’a pas réinventé le film de genre mais il a réussi à s’emparer de l’histoire pour se réapproprier le tout. En cette période de disette, ce long métrage devrait contenter les fans les plus difficiles.

Et vous, quelle est la version d’Evil Dead que avez-vous préféré ?

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *