D. 13 et 14 : Nikko (partie 1 sur 2) – Japon 2010

D. 13 et 14 : Nikko (partie 1 sur 2) – Japon 2010

Ce week-end sera consacré uniquement à un voyage en dehors de Tokyo. Samedi matin, je regarde à la fenêtre de ma chambre, le temps n’est pas à la fête sur Tokyo. Depuis quelques jours déjà, le soleil a disparu et on sent l’Automne pointer le bout de son nez. Pas le temps de rêvasser cependant, direction la gare d’Asakusa Tobu pour rejoindre le reste des troupes ainsi que l’accompagnateur.

A ma grande surprise, nous ne sommes que trois à partir à Nikko, ce n’est pas plus mal, nous aurons l’occasion d’échanger bien plus et ne pas à devoir attendre chacun cinq minutes tout le temps. L’accompagnatrice est une petite japonaise pleine de tonus. Il est 8h30 et je n’ai rien avalé, le train est à 9h00, je décide donc d’aller dans un petit troquet de la gare (le seul sur le quai donc je n’ai pas le choix) pour boire un café qui me sera servi avec une petite salade / radis japonais sauce vinaigrée, une oeuf dur, un morceau de jambon et deux belles tranches de brioches beurrées passées au grill, un régal !

Il nous faudra 2 heures 30 en train rapide ensuite pour rejoindre le premier lieu de notre excursion et ainsi échapper au béton tokyoïte et cela ne fait pas de mal de voir des montagnes autour de soi.

Il est près de midi et une petite halte s’impose dans un magasin de souvenirs qui fait aussi restaurant afin de manger, ce sera la même chose pour tout le monde : ramen à base de soba au sarrasin. Nous recevons également quatre quartiers de poire en cadeau pour le dessert. C’est étonnant mais le goût de la poire japonaise se situe entre celui de la pomme et de la poire que l’on trouve chez nous. Je me suis en tous les cas bien régalé. En dix minutes, alors que nous terminions de déjeuner, le vent a balayé tous les nuages, plein soleil un ciel magnifique, la chance est avec nous.

Il est maintenant temps de commencer une randonnée qui longera une rivière bordée de cascades. Je vous laisse visionner les quelques photos postées ci-dessous, j’ai passé un très bon moment à travers la forêt bien que le terrain était extrêmement accidenté, j’ai d’ailleurs failli y laisser une cheville plus d’une fois… En effet, nous marchions quelques fois sur des planches et des escaliers en bois, très glissants puisque la pluie était passée par là.

Après à peine trois heures de marche, nous voici arrivés au point de départ. C’est devenu une habitude ici, mes desserts sont constitués de melon pan ou de glaces, malheureusement nous ne sommes pas au Printemps et le goût « sakura » (cerisier) qui est sur la carte n’est malheureusement pas disponible. Je me rabats donc sur le goût fraise. Nous disposons de trente minutes avant de prendre notre train pour Nikko, cela nous laisse largement le temps d’admirer le paysage.

Il nous faudra moins d’une heure et un changement pour relier la gare de Nikko, on profite de la vue, le soleil est toujours au rendez-vous et la lumière sur les risières est splendide, j’en profite donc pour prendre quelques clichés.

Nous voici à Nikko, il est 17 heures et il est grand temps de poser nos bagages ou tout du moins nos sacs à dos à l’hôtel. Comme à Hakone, il s’agit d’un ryokan (les chambres sont dans le style traditionnel japonais et disposent généralement d’un onsen).

Ce soir encore nous dormirons sur des futons et cela n’est pas pour me déplaire car on y dort très bien. A peine arrivés sur notre lieu de vie, un gentil garçon se propose de nous accompagner dans nos chambres. On comprend ensuite encore une fois qu’au Japon, un client est un client. Le jeune homme souhaite à tout prix nous porter nos bagages. Nous le remercions poliment en lui disant que nous pourrons encore transporter nos petits sac à dos encore une minute nous même. Il insiste encore en se courbant de plus belle devant nous mais nous refusons de nouveau son offre. Il nous explique ensuite en détail tout ce qu’il y a dans la chambre : il prend le temps de nous indiquer quelles sont les clés du coffre fort, il ouvre tous les tiroirs en nous montrant les yukatas (kimonos légers qui nous serviront de vêtements jusqu’à demain matin), le fonctionnement de la machine à thé, etc. Ses explications dureront bien quinze minutes, entrecoupées de multiples courbettes.

Avant le repas, nous décidons avec mon compagnon de chambrée de partir au onsen de l’hôtel pour se relaxer, la vue de la baignoire extérieure sur la forêt était apaisante.Un diner dans un ryokan est toujours un moment particulier, on goûte de nouvelles choses. Près de dix plats nous seront proposés, en voici quelques uns :

Le ventre bien rempli, il était temps de se reposer après cette journée sportive ! Demain au menu, visite de sanctuaires et de temples ! !

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

1 comment

  1. Les Bresses

    C’est délirant, la France va te paraître bien tristounette en revenant, les paysages sont splendides et les lieux de vie très apaisants.Allez, encore une fois, ouvre bien grand les yeux et les oreilles, et merci pour tous ces instants que tu nous fais partager.Je crois bien que tu auras plein, plein de choses à nous montrer et à nous raconter à ton retour.Gros bisous de maman et papa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *