D.20 Sous le soleil exactement – Japon 2011

D.20 Sous le soleil exactement – Japon 2011

23 degrés, la climatisation tourne à fond dans le bungalow. Ouverture de la porte… bingo ! Réveillé par la moiteur et la chaleur miyakojienne. Il est grand temps de partir pour une deuxième après-midi à Maehama beach. Avant cela, il faudra utiliser le vélo pour une petite heure en deux roues…

« Pit stop » dans l’enseigne que vous connaissez toutes et tous dorénavant : Coco, histoire de manger un trois hamburgers, un melon pan et avaler un café froid.

Let’s go en mamachari (mama : des termes pour désigner maman en japonais et chari : un terme pour vélo). A défaut d’être aérodynamique, doté de plusieurs vitesses, le mamachari dispose d’un panier à l’avant qui permet d’entreposer ses affaires. Bien pratique !

Après ce repas « frugal » donc, il était temps de repartir du côté de Maehama beach. Quarante cinq minutes plus tard nous arrivions sur la plage de Maehama, toujours aussi belle, envoutante, paradisiaque, vous trouverez ci-dessous une vidéo réalisée les pieds dans l’eau (désolé pour la qualité, les reflets du soleil dans l’eau ont un peu perturbé l’objectif) :

Lorsque nous avons loué les parasols, j’en ai profité pour demandé si le club nautique proposait des ballons de volley. L’homme qui installait les parasols me paraissait être américain (bel accent, cheveux blonds, lunettes de surfeur).
C’est le moment d’ouvrir une courte parenthèse : vous savez, c’est étonnant comme on peut être totalement dépaysé par l’environnement, je pense que vous pouvez vous en douter. Lorsque je parle d’environnement, je fais allusion au paysage mais également aux sonorités. Etre au Japon est déjà un privilège mais être à Miyakojima est encore une expérience fabuleuse. En près d’une semaine, je n’ai vu que des japonais sur l’île excepté Jeff, le loueur de parasol, qui s’avère être en fait canadien (mais tout le monde s’en fout je pense ! mdr). C’est impressionnant. Alors imaginez lorsque Cyril et moi pédalons sur les routes sur nos mamachari ! Les gens nous regardent avec des yeux tout ronds 🙂 Pourquoi donc ces deux gayjins sont venus à Miyakojima à moins d’une heure en avion d’Okinawa où on trouve énormément d’Américains ? Et pourquoi diable pédalent-ils sur ces vélos en plein soleil alors qu’il existe les voitures ? (Cyril-senpai m’avait pourtant dit de faire traduire mon permis à l’ambassade de Tokyo, tant pis pour moi). Il est temps de refermer la parenthèse.

Jeff m’a indiqué qu’il y aurait surement des personnes qui joueraient au beach volley dans l’après-midi. Après quelques baignades dans une eau à 50 000 degrés, il nous a donc invité à nous joindre à lui pour une petite partie.
Nous avons donc rencontré Miki et une de ses amies, toutes deux pratiquantes de beach volley dans le club de Miyako. Courtes sur pattes mais plutôt douées. Nous ne ferons pas de match et j’avoue qu’après un quart d’heure à jouer en trois contre deux sous un soleil de plomb, j’ai apprécié le fait qu’ils décident d’arrêter le jeu. Une étendue bleue turquoise nous tendait les bras, inutile de vous dire que je ne me suis pas fait prier pour foncer droit dans l’eau 😉
17h30, il nous fallait rejoindre Hirara en vélo avant le coucher du soleil. Là où il fait nuit à environ 18h30 à Tokyo, l’obscurité rattrape Miyako environ trente minutes plus tard voire un peu plus.

Ce soir, pas de diner directement devant le combini, nous passerons juste prendre des sashimi de thon rouge et des soba au Coco ainsi que quelques bières et de l’Awamori (alcool de riz local d’Okinawa) et direction la guesthouse. Riche idée puisque le séjour prendra alors une toute autre tournure…


En effet, les habitants de la guesthouse prenaient l’apéritif autour de la table. Deux amis tokyoïtes, un couple et leurs enfants ainsi qu’un couple vivant à Naha (Okinawa) étaient installés et devisaient joyeusement. Nous nous sommes donc installés avec eux, en tailleur, et avons parlé un peu anglonais 🙂 Nous nous étions préparés un verre d’Awamori, remplis de glaçons et d’un jus qui ressemble à un minuscule citron dont je ne me rappelle plus le nom. J’avais un mauvais présentiment lorsque j’avais débouché la bouteille… Cela sentait le débouche évier… Absolument infecte… Pour vous donner une idée : un goût de vodka mais en débouche évier. Indescriptible… (mdr). J’ai terminé mon verre pour faire honneur à l’alcool local mais le coeur n’y était pas ! Nous avons eu le droit à une question légitime : « N’avez-vous pas peur du tremblement de terre et des répliques ? Pourquoi être revenus au Japon ? ». Ma réponse a été assez claire je pense : « Nihon ga suki desu » (j’aime le Japon) et j’ai eu le droit à de beaux sourrires en échange. De fil en aiguille, nous en sommes arrivés à la question, pardon, LA Question qu’on nous pose toujours ici lors de nos points de chute : « est-ce que vous aimez les manga et quel est votre manga préféré ? ». Cyril a donc sorti les deux mots magiques : « One piece ». Ni une ni deux, les bras de nos nouveaux amis se sont tous levés en coeur ! Quel bonheur !
« Quel est votre personnage favori ? Comment regardez-vous One Piece en France ? Où en êtes vous ? ». Comme d’habitude, les questions fusèrent. Le couple vivant à Naha, Junko-san et Kei-san nous ont proposé de nous emmener en voiture le lendemain jusqu’à la plage de Yoshino, situé de l’autre côté de l’île. C’est un peu gênés que nous avons volontiers acceptés leur proposition. Junko-san et Kei-san sont le couple de japonais à gauche sur la photo ci-dessous :


La fin de soirée fut consacrée au tri de quelques photos, à la mise en ligne de vidéos en sirotant quelques bières, au frais (façon de parler !) sur la terrasse de la guesthouse. Cyril aura tout de même réussi à terminer seul la bouteille d’Awamori, belle prouesse, chapeau bas l’ami.

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

4 comments

  1. Les bresses

    Pourvu que cela reste un coin reculé et non connu du people, sinon adieu leur belle tranquilité et quiétude. De toute façon, au risque de me répéter, c’est splendide.
    Attention a l’apéritif local !!!!! sinon je vois que l’appêtit est toujours au beau fixe, mais après les balades à vélo sous la chaleur, je crois que vous en avez bien besoin.
    Bisous.

  2. CaXius

    Vraiment superbe cette plage, le retour en vélo a du être assez dur 🙂 mais je pense que ça perd de son charme de découvrir une région aussi belle en voiture…

  3. fanny

    « Comme à la maison ! » Sérieux Rémy je pense que t’as super bien préparé ton voyage…je réfléchis en ce moment à t’engager comme guide officiel pour mon futur voyage! =D
    La plage est superbe, ooouh 40°c ne te plaint pas quand tes amis parisiens se gèlent déjà le c** (pour te dire hier j’ai mis des bottes et une écharpe !!!!! )

    Juste une question, par la suite vous vous êtes renseignés sur l’alcool « débouche évier », c’était la bonne bouteille hein? Sur? Non parce que des accidents domestiques dans ce genre ça arrive tous les jours…xD

    **très jolie short de bain hawaïen …xD**

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *