D. 20 : Marathon man – Japon 2010

D. 20 : Marathon man – Japon 2010

Aujourd’hui, place à un peu d’aventure ! Mes pieds réclament du bitume tokyoïte et ils vont être servis, plus que de raison. Cette semaine, je compte aller faire 2 parcs d’attraction. L’un d’eux est le Fuji-Q Highlands. Si je suis en terre nippone, impossible pour moi de ne pas aller tester ce parc à sensation.

Encore faut-il que je me dégote un Q-Pass, c’est à dire un billet « package » comprenant l’aller-retour en bus de Tokyo jusqu’au pied du Fuji-san et l’entrée au parc. Je me rends donc à Shinjuku pour tenter de trouver ce précieux sésame. Je pensais avoir plus de mal à me repérer dans ce dédale qu’est la gare de Shinjuku mais en à peine trente minutes et après avoir demandé mon chemin en route, j’ai trouvé la toute petite agence du premier étage de Keio qui fournit ce pass. Les visites pouvaient enfin débuter, sous un ciel sans aucun nuage, yatta ! ! 🙂

Direction le Shinjuku Gyoen, un grand parc juste à côté de la gare. En toute objectivité, ce parc est vraiment un modèle du genre. Après avoir visité les parcs de Ueno et des jardins impériaux, ce parc est vraiment beau. Nombre de citadins s’étaient allongés sur des bâches pour pique niquer et je dois dire qu’ils ont bien raison de profiter d’un tel paysage. Seules les tours au loin nous indiquent que nous sommes en plein cœur d’une mégalopole. Après de nombreux clichés, je décide de me rendre sur mon deuxième lieu de visite.

Sur le passage, un restaurant à sushi attire mon attention. Mise à part mes repas à Tsukiji, je n’ai pas vraiment encore tester les sashimi et les sushi « locaux ». Je rentre donc dans le troquet, les assiettes de sushi défilent sur un tapis roulant dans des assiettes de couleur. 3 couleurs pour 3 prix différents : ici ce sont les assiettes vertes pour les sushis les moins chers, puis les rouges et enfin les bleues. Pour moi, cela sera thon rouge, saumon et crevettes (ebi). La qualité est au rendez-vous, contrairement en France où dans certains restaurants de sushi le saumon sort du frigidaire, ici on voit que le poisson est frais et ça fait plaisir.

Ma pile d’assiettes correctement alignées, il est grand temps de partir du côté d’Asakusa. J’y passerai une partie de l’après midi à contempler une nouvelle fois le Senso-ji, à regarder défiler les touristes qui, comme moi, mitraillent ce magnifique temple. J’assiste même à un mini spectacle de rue, plus vrai que nature. Caméra au poing, je m’aperçois au final que je n’avais rien enregistré. Par chance, le même spectacle débute une nouvelle fois dans une heure. Pour patienter, je prends mon APN et shoote quelques photos autour du Senso-ji et goûte une glace avant de revenir et de filmer, enfin, cette petite scène de rue.

16h30. Je dois maintenant me rendre à Odaïba, je veux profiter de la grande roue by night. C’est alors que je me rappelle qu’on peut emprunter des bateaux de Asakusa jusqu’à Odaïba. Il me faut un direct et le bateau designé par le créateur d’Albator part justement à 17h20 et il fait le trajet direct vers cette belle île artificielle. Bingo ! Billet en poche, il ne me reste plus qu’à attendre et profiter du paysage. 50 minutes de ballade très agréable, on découvre Tokyo vue de la Sumida et je dois dire qu’arriver par le fleuve de nuit en découvrant toutes les lumières d’Odaïba au loin avec le Rainbow bridge tout illuminé, c’est magique.

Petite case par la réplique de la statue de la liberté pour prendre quelques clichés et direction la grande roue. Encore une fois sur le chemin, je tombe sur un restaurant qui m’interpelle (le Kua’Aina), il s’agit d’un fast-food hawaïen dont m’avait parlé David Michaud lors de mon safari photo. Il est 18h30, je n’ai pas spécialement faim mais je ne peux pas passer à côté de ça (!!), impossible n’est-ce pas ? Cheeseburger, onion rings et frites maison ne feront pas un pli, l’ogre est passé par là 😀 L’année prochaine j’enchainerai deux plats ! ! Excellent restaurant effectivement, merci David pour ce bon plan. Manger juste en face de la réplique de la statue de la liberté et avec le Rainbow bridge étincelant au loin, ça vaut le détour croyez-moi. Odaïba de nuit c’est magique.

Direction la grande roue, petit détour aux simulateurs GT4 pour me refaire un tour de circuit (oui je sais on ne se refait pas) et en route pour cette big wheel. 100 mètres de haut, on nous apprend dans la cabine que cette roue était la plus haute au monde jusqu’en 1999, on est content de le savoir car en fait, on s’en rend un peu compte que 100 mètres, c’est haut. Durant les 16 minutes que dure le tour, on a une vue imprenable sur les immeubles de Tokyo et le Rainbow bridge. Malheureusement, à travers les vitres de la cabine, je n’ai pas réussi à shooter les photos que je voulais, trop floues, pas assez précises, inutilisables. J’espère que la vidéo que j’ai réalisé est un peu mieux… Certains buildings d’Odaïba, eux aussi très haut, ne permettent pas d’avoir une vue imprenable sur toute la baie de Tokyo. Hummm… 😈 Il va falloir que je tente la vue du siège de Fuji TV, si je retourne au onsen cette semaine en soirée j’y penserai !

Fin de journée, c’est avec un bon mal de tête que je rentre au bercail, le soleil a tapé très fort aujourd’hui et j’ai du en prendre plein la figure au parc Gyoen. Mes pieds ne me remercient pas mais ça pourrait être pire, ils tiennent la route, de toute manière il le faut, j’ai une semaine sympathique qui s’annonce. 😀

 

Pas d’inquiétude, j’ai lu dans les commentaires que je ferais mieux de me reposer mais rassurez-vous, je suis en pleine forme ! Tokyo me donne des ailes ! ! 🙂 Je vous laisse comme d’habitude avec quelques clichés du jour !

A bientôt pour de nouvelles aventures, demain ce sera Harajuku et le parc Yoyogi et si j’ai le temps, j’irai me faire quelques frayeurs au Tokyo Dome avec le Dolphin Thunder que j’ai déjà eu l’occasion de tester et les autres manèges qui décoiffent. 😉

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *