D. 23 : le jour où j’ai perdu 20 ans d’un coup d’un seul – Japon 2010

D. 23 : le jour où j’ai perdu 20 ans d’un coup d’un seul – Japon 2010

7h00… Réveil à l’aube ou presque aujourd’hui, le soleil est déjà haut dans le ciel. Les personnages de Walt n’attendent pas, je ne passe même pas par la case Starbucks, direction la station Tokyo pour prendre la Keiyo line, celle la même qui m’avait emmené quelques jours auparavant à la grand messe vidéoludique mais cette fois je m’arrêterais un peu avant à Maihama.

Arrivé sur les lieux du crime à 9h00, la magie opère avant même d’avoir passé les portes du parc : musique, décor, c’est toujours la même chose chez Mickey mais c’est sans cesse un plaisir de retrouver ces couleurs chatoyantes, ses allées taillées au cordeau et ses rythmes de musique entrainants. Direction le Tokyo Disneyland park pour la matinée, Antoine me rejoindra vers 14h00 pour aller découvrir le deuxième parc. A ma grande surprise, il ne me faudra que quelques minutes de queue pour pénétrer dans l’antre du Dieu aux grandes oreilles.

Après la traditionnelle photo de rigueur devant une statue de Walt et Mickey avec en fond le château de la belle au bois dormant, il est temps de la jouer fine en repérant rapidement les lieux. Peu d’attractions me paraissent intéressantes (du point de vue sensations), je me munis donc de mon billet d’entrée pour obtenir un Fastpass Space Mountain qui sera utilisable dans une heure, le temps pour moi de tâter de la file d’attente tokyoïte afin de monter dans un wagonet du Big Thunder Mountain.Très bonne impression que ce BTM, bien plus long qu’en France, c’est toujours aussi sympathique de dévaler les pentes à vive allure.Avant de partir affronter le terrible rider du Space Mountain, je peux prendre mon deuxième Fastpass de la journée, direction les bornes jouxtant le bâtiment diffusant le film 3D mettant en scène Michael Jackson.

Après cela, c’est donc avec un plaisir non dissimulé que je passe en mode Flash en grillant la politesse à bon nombre de personnes grâce à mon Fastpass Space Mountain. Jamel m’avait dit que je pouvais passer outre cette attraction qui, selon lui, était plus un brise cou qu’autre chose. Eh bien … il avait raison. Le Space Mountain de Tokyo Disneyland fait bien pâle figure face à celui de Paris. Ici, nous sommes aussi plongés dans le noir mais le départ est totalement différent, il n’y a pas d’accélération brutale au démarrage du coaster et la suite est pire, imaginez vous être à 20 mètres de haut et vous ne faites qu’une descente linéaire en rond avec quelques exceptions de temps à autres qui vous font plus mal au cou qu’autre chose. :|12h00, il est grand temps pour moi de prendre mon petit déjeuner, ce sera un café et un croissant. Installé à ma table, lisant quelques emails, je m’aperçois du coin de l’œil qu’une personne est en train de savourer un chausson aux pommes, il m’avait échappé le bougre. Je fais donc signe à la personne s’occupant du nettoyage des tables que je reviens. 30 secondes plus tard, en sortant du café avec ma pâtisserie sur un plateau pour rejoindre ma table, je me dis que j’ai surement dû entrer dans une autre dimension puisque mon mug de café rempli a disparu. L’erreur sera vite réparée puisque le magicien du jour qui avait mal interprété mon geste reviendra avec un nouveau gobelet de café et fera moultes courbettes accompagnées de sumimasen et de gomenasai (pardon – je suis vraiment désolé).

Ayant encore quelques minutes devant moi, j’en profite pour shooter quelques photos de la parade Halloween (très belle parade soit dit en passant) et vidéos.Petit grillage en règle number 2 avec mon Fastpass Propofol Michael Jackson pour visionner le film co-réalisé par Georges Lucas et Francis Ford Copolla mettant en scène Michael Jackson. Retiré des écrans petit à petit dans les années 90, de retour en France depuis avril dernier, je n’avais jamais vu ce court métrage 3D intitulé Captain EO. Bon, la technologie était surement au top lorsque les bobines sont sorties des salles de montage en 1986 mais nous sommes en 2010 mais ce film a au moins le mérite d’exister et on peut y admirer quelques pas de danse de Michael Jackson 🙂 Mes Fastpass s’enchaînent à merveille me dis-je, direction Splash Mountain pour me rafraichir (un radeau qui tombe à pic dans l’eau c’est beau quand il fait chaud), heure d’activation 15h30… Je comprends dès lors que le parc commence à être vraiment plein et qu’il ne faudra plus trop compter sur les Fastpass pour le reste de la journée, il est 14h00 et il est temps de rejoindre Antoine à la station pour se rendre au Tokyo Disney Sea.Plutôt content de cet après-midi où nous avons enchaîné une petite dizaine d’attractions mais la plupart étaient des escroqueries notoires après plus d’une heure de queue à chaque fois : voyage au centre de la Terre promettait d’être grandiose dans un petit roller coaster, nous étions bien sur des rails mais il s’agissait d’une visite de grotte avec différents personnages animés, le must étant ce que nous avons appelé avec Antoine la « Termite Géante » (majuscule s’il vous plait) en fin de parcours… :DNous avions bien fait de prendre notre fastpass pour Indiana Jones et la crâne de cristal dès 15h30 pour une activation à partir de 19h30, c’était du même acabit que la Termite Géante ! :DLa tour de la terreur m’a semblé aussi bien en dessous de celle située à Disneyland Studios à Paris niveau sensations… 😥 Cherry on the cake, le seul 360 degrés de la journée (le rider d’Indiana Jones) m’a été refusé mais cela ne s’est pas joué à grand chose, à 2cm près je passais dans les normes. Tant pis de toute manière demain je prendrai mon pied autrement à 150 km de là car même si ce billet à l’air assez négatif sur les attractions, je me dois de corriger le tir à cet instant précis : au Japon, faire une heure et demie de queue pour 30 secondes d’attraction ne gène pas les gens qui restent disciplinés et souriant. Faire une heure et demi de queue ne m’a jamais gêné outre mesure si je prends une grosse claque pendant 30 secondes ce qui n’a jamais été le cas au niveau des sensations. Je n’allais pas à Disneyland Resort Tokyo pour cela, je savais que les attractions seraient bon enfant et que la magie opérerait naturellement et faire à chaque fois une heure de queue ne m’a pas dérangé outre mesure puisque nous étions dans des décors absolument fabuleux entourés de gens souriants, polis avec des enfants qui ne courent pas partout, bref, que du bonheur.J’ai ainsi passé de 9h00 à 22h00 un très bon moment. Je recommande vivement les deux parcs qui sont très complémentaires, même si le Tokyo Disneyland Park est sensiblement le même que le nôtre en France. Mon seul regret, ne pas avoir plus écumé ce premier parc, cela sera pour la prochaine fois ! 😀

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

1 comment

  1. Les Bresses

    Ya pas à dire, la magie opère dans tous les pays du monde, si tu arrives à rentrer entier on aura beaucoup de chance !!!! en attendant, éclates toi et continue à faire une moisson de souvenirs à nous raconter.Gros bisous de mam’s et pap’s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *