D. 3 et 4 : Ueno et Mont Fuji – Japon 2011

D. 3 et 4 : Ueno et Mont Fuji – Japon 2011

Journées très chargées mardi et mercredi avec un passage au zoo de Ueno et la très attendue ascension du Mont Fuji.

C’est par un soleil de plomb que nous nous sommes rendus au zoo de Ueno qui accueille depuis cette année deux pandas géants. Je ne pensais pas que ce zoo était aussi grand, à tel point que nous avons du terminer la visite en se dépêchant et en décidant de ne pas aller voir quelques animaux. Nous avons vu les principaux : les pandas, tigres, orangs outangs, etc.

 

L’après-midi était consacrée au voyage jusqu’au Fuji-san. En bus depuis Shinjuku, petit train jusqu’à la gare Fuji. Il nous restait une heure devant nous avant de prendre notre bus pour la cinquième station du Fuji-san. Nous avons donc été manger dans un petit restaurant qui ne paye pas de mine : des ramens et des katsudons afin de démarrer l’ascension avec ce qu’il faut pour être plein d’énergie.

Après une heure de bus, nous sommes arrivés à 21h00 à la cinquième station. Il était grand temps de prendre des gants au magasin afin d’éviter les blessures lorsqu’on s’aide de ses mains pour grimper.

Le trajet de départ s’effectue sans aucune difficulté particulière, nous arrivons donc assez rapidement au centre d’aide où on nous fournit le plan de l’ascension. Il faut généralement 6 heures pour parvenir au sommet.

L’ascension est balisée en 8 stations. Nous avons commencé à la cinquième comme la majorité des grimpeurs.

Très vite, les choses ont commencé à se compliquer et j’ai été surpris de voir autant d’imprudence de la part des responsables du site. Il faut quelquefois presque escalader des rochers énormes pour passer… Je n’ai pas pris de photos dans ces passages dangereux mais voici une idée du type de terrain :

A partir de la 7ème station, nous effectuions l’ascension en file indienne. Tous les dix mètres, on s’arrêtait puis on repartait. Cela a bien duré 3 heures jusqu’en haut du sommet. Une difficulté amplifiée par le manque d’oxygène : le moindre pas devenait un calvaire et quand je dis pas, je parle plutôt de crapahutage sur des roches énormes en essayant de ne pas tomber ou de se tordre la cheville.

En commençant à grimper à 21h30, nous sommes arrivés vers 3h30. Le vent soufflait en rafale et nous glaçait le sang. J’ai installé mon matériel dès 4h30 afin de profiter du lever du soleil sans être gêné par d’autres photographes.

Comme prévu, le soleil a pointé le bout de son nez à 5h09 (oui c’est précis mais cela a son importance) et après une trentaine de minutes de shooting, j’ai décidé de partir dans une des échoppes afin de me réchauffer et manger un ramen qui m’a fait beaucoup de bien. J’ai ensuite décidé d’aller voir le cratère mais je n’y suis resté que 2 minutes, j’étais glacé.

Après une bonne trentaine de minutes de repos dans un magasin, il a fallu redescendre et s’armer de courage puisque nous en avion pour environ 3 heures pour retourner à la cinquième station (nous ne prenons pas le même chemin que pour l’ascension et heureusement d’ailleurs). Nous avions attendu Gwen durant 4 heures en haut en espérant qu’elle arrive mais nous ne l’avons pas vu. A 7 heures, nous avons donc décidé de redescendre sans elle en pensant qu’elle nous attendrait à la cinquième station.

La descente du sommet du Fuji-san jusqu’à la cinquième station aura été relativement délicate. En effet, pas loin d’une cinquantaine de virages auront eu raison de mes cuisses. Néanmoins, quel plaisir d’arriver en bas du Fuji-san et de voir ce qu’on a escaladé. Nous sommes arrivés en bas à 10 heures.
Pas de Gwen à l’horizon… Dans le cas où elle aurait décidée de monter jusqu’au sommet, nous l’avons attendu jusqu’à 13 heures.

Sans nouvelle d’elle (peut-être  avait-elle rejoint la guesthouse), retour à la guesthouse ensuite avec une chambre de style japonaise, très bien. Les futons remplaceront les lits ce soir et ce n’est pas pour me déplaire car j’ai toujours très bien dormi sur des futons. L’expérience du Fuji-san devrait également me permettre de trouver le sommeil rapidement 🙂
Gwen n’avait pas fait son check-in, nous avons donc prévenu le propriétaire de la guesthouse qui allait prévenir les policiers si nous n’avions pas de nouvelle d’elle d’ici 20 heures.
Entre temps, nous avons été au onsen pour se relaxer. Pour l’anecdote, il s’agit du même onsen que celui dans lequel nous avions été l’année dernière avec ALJ. Une heure de onsen nous aura permis de nous relaxer. De retour du onsen, l’accueil nous a indiqué que Gwen allait se faire reconduire jusqu’à la guesthouse par un policier.
La soirée s’est déroulée tranquillement et après un petit restaurant et une mise à jour du blog, le sommeil n’a pas été dur à trouver. Demain, Fuji-Q Highland ! ! !

Petite vidéo bonus avec des explications et surtout la vue fabuleuse lorsqu’on est au sommet du Fuji-san :

Mots-clés qui ont permis aux internautes d'avoir trouvé cet article:

  • photos de l\ascension du mont fuji
Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

2 comments

  1. les bresses

    Merci pour ce beau spectacle, il faut vraiment le mériter ce mont fuji !!!
    Quant au zoo, cela doit également être un lieu magique, ces « bestioles » sont magnifiques.
    Allez, bonne continuation et nous attendons avec impatience la suite du voyage.
    Courage, bien que nous pensons que la partie la plus dure était le mont fuji, mais que de souvenirs à emmagasiner.
    Bisous.

  2. Brigitte

    j’adore la première partie « on risque sa vie tous les 10 mètres ! ». C’est digne de notre Nicolas Hulot national !! 🙂
    hâte que tu nous racontes ça en live !!
    ++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *