Aparté # 1 – Japon 2010

Aparté # 1 – Japon 2010

Toutes les semaines, j’essayerai de faire un billet sur mes ressentis de la semaine, ce que je trouve très bien ici au Japon ou au contraire, moins bien. Allez, c’est parti.

  1. Ce qui m’a tout de suite interpellé c’est la façon d’être des japonais avant même que je n’atterrisse à Narita et moins d’une heure après le décollage. Assis à côté d’une japonaise, le stewart était en train de distribuer la carte des menus aux passagers. Lorsqu’il l’a tendu à ma voisine, celle ci a pris le temps de le regarder et de recevoir le menu avec ses deux mains en le remerciant chaleureusement. 🙂 ,
  2. Ici, ce n’est pas le royaume de la fainéantise. En rentrant à la maison, plus d’une fois j’ai vu des ouvriers travailler dur la nuit : à Shibuya mais aussi à 20 mètres de chez moi, et en plus avec le sourire.
  3. J’aurais pu l’inclure dans le point 2 : ici nous avons non pas une femme mais un homme de ménage. Et je peux vous dire que la retraite à 60 ans ils ne connaissent pas au Japon. Torse nu et habillé d’une simple culotte de sumo, c’est un vieillard qui passait la balayette dans l’appartement. Chétif, il devait sans exagérer faire moins de 50kgs et devait avoir près de 80 ans… Je n’exagère pas. A chaque fois qu’il montait une marche, il lançait un « itche! » « itche! » de fatigue… 😥 ,
  4. Le syndrome du troupeau pour traverser la rue. Même si la rue ne fait que 2 mètres de large et que le feu est rouge pour les piétons, jamais aucune personne ne traversera tant que le feu n’est pas vert pour les piétons,
  5. Dodo dans la Yamanote : encore à lier au point 2 ou 3, ici personne ne se plains de travailler dur. Je ne compte plus les fois où les gens dorment sur le trajet de la Yamanote. C’est simple, c’est tout le temps à n’importe quelle heure, les japonais rattrapent leur sommeil comme ça soit tête sur les genoux, soit en regardant le plafond. Moi qui ne dort jamais dans le métro, à chaque fois dorénavant je fais des micro siestes à tel point que plus d’une fois j’ai bien du mettre un petit moment à me remettre la tête droite à cause du mal de cou généré par le fait de mettre sa tête en arrière,
  6. La propreté : tout brille ou presque, on croise des rats la nuit à Shibuya ! En revanche, aucun papier par terre, aucun mégot évidemment car il est interdit de fumer dans la rue,
  7. Les distributeurs de boisson tous les 100 mètres : quand il fait chaud je dis bravo !,
  8. La gentillesse des vendeurs : ici le client est roi. On nous prend la monnaie à deux mains en se courbant, en vous faisant un signe de la tête et on vous remercie à l’entrée du magasin et à la sortie au moins 3 fois de suite : « arigatou gozaimasu ! arrigozaimasu ! azaimasu ! »,
  9. Les conbinis (petites supérettes de quartier où on trouve de tout) ouvert 24h/24, pas mal de restaurants ouverts quasiment 24h/24,
  10. Last but not least, la beauté des japonaises tokyoïtes 😆

Ce que je n’aime pas ou moins :

  1. Etre pris pour une bête de foire par certains qui vous dévisagent dans le métro (pourtant, il y a des occidentaux à Tokyo),
  2. Surement sentir très mauvais car il m’est arrivé plus d’une fois qu’une personne à côté de moi se lève de sa place pour prendre une place qui se libère à 2 mètres d’où elle était. Enfin c’est à chaque fois des dames d’un certain âge qui m’ont fait ce coup là, cela doit les inconforter.

Bonus, petite vidéo dans la Yamanote prise avant de me rendre au TGS (vous remarquerez les petites musiques sur le quai, chaque station à une musique, à Takadanobaba par exemple il s’agit de la musique d’Astro le petit robot) :

 

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *