Test : Lumines Electronic Symphony

Test : Lumines Electronic Symphony

C’est de notoriété publique, la PSVita dispose d’une line-up absolument attrayante pour ne pas dire au top ! Casse tête brillant sur fond de musique électro bien choisi, il n’en fallait pas plus pour faire de ce Lumines un must-have sur la nouvelle console nomade de Sony. Lumines empile les bons points !

 

Lorsqu’une nouvelle console arrive sur le marché, la préoccupation première du joueur est de trouver un jeu qui lui fera vivre une véritable expérience vidéoludique sur sa nouvelle protégée. Qu’on soit clair, je ne classerai pas Lumines dans cette catégorie. Personnellement, Uncharted Golden Abyss était mon premier choix comme je pense 99% des possesseurs de PSVita. Cependant, il me fallait un jeu qui me permette de ne jouer que 5 à 10 minutes quelques fois [je ne savais pas alors dans quoi je m’embarquais]. C’est donc tout naturellement que j’ai opté pour Lumines, un casse-tête, un « Tetris-like ».

 

Lumines : kézako ? \\

Retour au basique, ce jeu est un peu le petit-fils de Tetris, un casse brique évolué qui fleure bon les années 2000. Un carré constitué de 4 blocs tombe (un carré de 4 blocs de la même couleur, de 3 blocs de la même couleur, etc.) et vous avez tout loisir de faire pivoter le bloc. Pour effacer les carrés, il vous faudra faire un carré de 2 blocs sur 2 ayant la même couleur. Un rayon balaye l’écran en se calant sur le bit de la musique ce qui fait que selon le tableau, le rayon pourra défiler plus ou moins rapidement, effaçant de ce fait vos carrés plus ou moins vite. Même si cela est un peu déroutant au début (eh oui, honte à moi je n’ai jamais joué aux précédents Lumines), on s’y fait vite et on est vite emporté dans la spirale de scoring. Evidemment, lorsque vous n’avez plus de place pour empiler quoi que ce soit à l’écran c’est inéluctable… game over.

 

Prends toi ça dans la face \\

La première claque lorsqu’on commence à jouer, c’est la beauté du truc. Y’a du claquos en couleur les jeunes ! Ca pète aux yeux. A chaque changement de tableau, une nouvelle forme de blocs (rond percé, carré au design enflammé, carré en perspective, etc.) et un fond rock’n’roll animé ou non !

Et puis dans la foulée, on se laisse très vite emporter par la musique qui, elle aussi, défonce tout. Même si Daft Punk (rien que ça) avait été approché pour s’occuper de la ‘zic, c’est finalement une myriade d’artistes tous plus doués les uns que les autres qui ont relevé le challenge et composés les titres des différents tableaux. Jugez par vous même : Benni Benassi, The Chemical Brothers, Mylo, Air, Kaskade pour ne citer qu’eux !

 

Enchaîne les combos \\

Quand on pense à un « puzzle-game », on pense au scoring, à cette volonté qui anime le joueur de toujours obtenir un meilleur score lorsqu’il allume sa console. Et ça fonctionne toujours et encore plus sur Lumines qui est d’une beauté absolument bluffante et qui dispose d’un son magique. Plusieurs astuces sont disponibles pour assurer les plus hauts scores :

  • Le bloc mélange : dès qu’il touchera un bloc, le bloc mélange changera aléatoirement toutes les couleurs des carrés empilés dans le tableau. Super utile (en tous les cas à mon sens pour l’avoir vécu) lorsque vous êtes pris à la gorge, que tout l’écran est rempli de carrés. Avec un mélange aléatoire des couleurs, vous avez une chance que des carrés de 4 blocs de même couleur soient créés et soient ainsi effacés, ce qui aura pour effet d’aérer la scène de jeu !
  • Le bloc chaîne : comme sont nom l’indique, ce bloc lorsqu’il touchera un bloc effacera tous les blocs de même couleur adjacent (et donc une chaîne de blocs). Sur le screenshot ci-dessus, vous pouvez voir les blocs (ronds) en gris avec une croix jaune au centre. Il s’agissait de blocs blancs qui se suivent et qui seront effacés lors du passage du rayon
  • Le pouvoir de l’avatar : une jauge d’avatar est situé en bas à gauche de l’écran. Lorsque la jauge est à 100%, vous pouvez déclencher le pouvoir de l’avatar pour par exemple faire tomber un carré contenant un bloc chaîne, arrêter le temps, etc. De nouveaux avatars pourront être débloqués en enchaînant les tableaux

Et le tactile dans tout ça ? \\

Je ne suis pas très convaincu par l’utilité du tactile sur ce Lumines. Essayer de faire pivoter un carré, le faire chuter plus vite me semble assez délicat pour ne pas dire trop compliqué. Je n’utilise l’écran tactile que pour activer l’avatar et je tapote sur le panneau tactile au dos de la console pour faire monter plus vite la jauge d’avatar. Absolument pas convaincu du truc quoi ^_^

 

\\ En conclusion \\

Même si la possibilité de gagner de l’expérience semble sympa pour flater son ego, je regrette le fait qu’il n’y ait pas de mode « Défonce le joueur à l’autre bout du monde » :[ Pourquoi diable (oh non The Devil Inside encore !) nos amis n’ont pas intégré un mode de jeu en ligne ?

On débute donc par une note négative mais rassurez-vous ensuite ce n’est que du bonheur : plaisir tant sur le plan visuel qu’auditif, l’envie de scorer et de découvrir de nouvelles musiques, voilà ce qui fait la force de ce Lumines Electronic Symphony ! Pour moi un must-have sur PSVita. Moi qui l’avait choisi parce que je pensais que j’y jouerai 5 à 10 minutes, les parties s’éternisent toujours et c’est toujours avec un plaisir non dissimulé que j’utilise le mode « Voyage » qui est le mode principal du jeu. Et on en voit du pays défiler sous nos yeux.

 

(++) Ca défonce ! :]

  • Les graphismes : modélisation des blocs, des skins (fonds des tableaux), mises en perspective
  • L’animation
  • Le son : les Daft Punk auraient-ils fait mieux ? Pas sûr, c’est dire la qualité des musiques
  • L’effet addictif du bazar : on ne voit pas le temps passer c’est très bon signe
  • Le concept (nouveau pour moi voilà pourquoi je place ce point en dernier)

() Ca sux ! :[

  • Le côté tactile clairement sous-utilisé
  • Le mode en ligne inexistant
  • L’effet addictif du bazar [le retour] : hey, vous allez m’laisser dormir et jouer à d’autres jeux M’sieur Lumines ? :]
Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *