[Rétrospective] Game Story

[Rétrospective] Game Story

Du 10 novembre au 9 janvier, la fine équipe de MO5.com avait rassemblé une grande partie de ses plus beaux bijoux afin de réaliser une exposition au Grand Palais. J’avais attendu le dernier week-end pour m’y rendre et la foule était au rendez-vous. Pour celles et ceux qui n’avaient pas réservés, 5 heures de queue était nécessaire pour rentrer dans le saint des saints…

Après le MuseoGames, exposition de retrogaming qui s’était déroulée de juin 2010 à mars 2011 au musée des Arts et Métiers, MO5.com est revenu sur le devant de la scène et avait installé une partie de son parc de machines dans un écrin de luxe, au Grand Palais.

Ainsi, c’est sur 700 mètres carrés que le visiteur pouvait revisiter l’histoire du jeu-vidéo en jouant suivant un parcours chronologique parcourant quatre décennies.

Pour information, les jeux associés à chaque console ci-dessous sont ceux qui m’ont attiré lors de la visite, pour y avoir joué ou pour avoir eu envie d’y jouer à l’époque (notamment Metal Slug puisque je n’ai jamais possédé de Neo Geo à la maison). Game Story accueillait 70 titres jouables.

Désolé pour les puristes, Spacewar! (premier jeu vidéo de l’histoire créé par Steve Russell en 1961) n’était pas présent à Game Story. L’exposition débutait donc par la section PONG, présenté en borne d’arcade mais aussi en consoles de salon dans des versions non jouables. Space Invaders et Pacman,(qui à l’origine s’appelait Puck Man, provenant du japonais « pakupaku » qui exprime l’action d’ouvrir et fermer la bouche) tous les deux sur bornes d’arcades sauront attirer le regard des visiteurs. Pour l’anecdote, la sortie de Space Invaders au Japon avait asséché le stock de pièces de 100 yens à la fin des années 70.

Dans la section consacrée aux machines Atari 2600 où les jeux vidéos prennent de la couleur on y trouvait évidemment l’indémodable Space Invaders (encore lui !). A quelques mètres de là, trônaient des Game & Watch cultes (en version non jouables) comme Donkey Kong ou Mario Bros.

La chute et le renouveau de l’industrie vidéo-ludique

Il faut savoir qu’en 1983, le marché du jeu vidéo s’effondra à cause d’une surproduction de piètre qualité aux Etats-Unis. En 1982, le marché des consoles de salon représentait la moitié de celui des bornes d’arcades et 3,5 millions de cartouches invendues se retrouvèrent ainsi enfouies sous terre au Nouveau-Mexique un an plus tard.

Le renouveau viendra du pays du soleil levant avec l’arrivée de la NES (Famicom au Japon) en 1983 et du plombier le plus connu au monde en 1985. Dans la zone 8 bits, Mario a évidemment répondu présent sur NES et j’ai eu le plaisir de retrouver Alex Kid sur Master System.

La section 16 bits regroupent la Super Nintendo avec Zelda et Mario Kart, la PC Engine, la Megadrive avec Sonic et la Neo Geo avec le fameux Metal Slug. Le visiteur pouvait s’essayer à empiler des blocs sur « l’imposante » Game Boy première génération avec Tetris. Les aficionados de frag peuvent quant à eux mitrailler sur Doom.

Pour représenter l’arrivée de la 3D dans les foyers, MO5.com avait mis à disposition des Nintendo 64 avec Mario 64 ou bien encore Golden Eye. Les pros des combos s’essayaient sur Dreamcast dans des combats endiablés avec Soulcalibur ou bien Tekken 3 sur Playstation. Je m’y attendais un peu mais quel bonheur de voir la première console de Sony tourner avec Final Fantasy VII, sans conteste le meilleur jeu auquel j’ai pu jouer ces 30 dernières années. Les graphismes me paraissent encore aujourd’hui au goût du jour mais c’est surtout l’univers, les personnages et le scénario qui ont marqué toute une génération de joueurs. La boite de Resident Evil flottait derrière une vitre au milieu de clichés de films de genre, belle mise en scène. Un autre jeu qui a également fait son effet sur les gamers mais pour d’autres raisons, c’est évidemment Tomb Raider et sa silhouette bien modélisée polygonnée ^^. Ce qui m’a le plus étonné, c’est le gameplay et la fluidité de Tomb Raider, je ne me souvenais plus que le jeu était si lent…

Les PGM dignes de ce nom s’amusaient à aligner les headshots sur Counter Strike alors que d’autres récoltaient méticuleusement du bois et thésaurisait de l’or sur Warcraft. A noter que pour les plus curieux, MO5.com avait également mis à la disposition du public la Philips CD-i qui n’a pas connu un franc succès commercial.

La section des années 2000 intègrait le célèbre MMORPG World of Warcraft sur lequel j’ai pu passer bien trop de jours de jeux mais aussi la Gamecube avec Resident Evil 4 et les râles de zombis raisonnant dans la nuit… J’ai d’ailleurs surkiffé la manette en forme de tronçonneuse exposée avec la console et la boite du jeu. Celle là, il faudra absolument qu’elle trône dans mon musée personnel !!

Enfin, la dernière section regroupait les consoles portables comme la Game Boy Advance, la Nintendo DS ou bien encore la PSP (mais où est la Vita ? ^^) mais également les consoles de dernière génération : on pouvait ainsi s’amuser sur la Wii avec les lapins crétins (Bwuahhhhhhhhhhh!), la Playstation 3 avec Assasin’s Creed ou bien encore sur Xbox avec Kinnect et le fameux Child of Eden.

En conclusion, que du bonheur. Il est clair que l’industrie du Jeu Vidéo a considérablement évolué depuis la sortie de la NES, sur le plan graphique mais également jouabilité puisqu’on peut aujourd’hui contrôler un jeu sans manette (merci Microsoft). En 2012, nous sommes bien loin de la croix directionnelle et du bouton A et B de la première console de salon de la firme de Kyoto. Bien malin qui saurait aujourd’hui prédire l’avenir du marché :

  • Avec l’arrivée de la Wii-U, de la PS4 et de la Xbox 720. Sortiront-elles toutes ? Microsoft ou Sony pourraientt faire le pas vers la dématérialisation inéluctable des consoles et des jeux dans un avenir plus ou moins éloigné et ne pas offrir de petite sœur à leurs consoles actuelles
  • N’oublions pas que la guerre entre les consoles portables et les smartphones est également amorcée.

Les années qui viennent seront riches en événements et en bouleversements, de nouvelles tendances émergeront avec de nouveaux moyens d’accéder aux jeux et d’en profiter. L’histoire du jeu vidéo est passionnante, je remercie les membres de l’association MO5.com, tous passionnés de retrogaming qui, jour après jour, répertorient, classent et rangent supports de jeux tout en réparant quelques fois les consoles afin que des expositions telles que Game Story puissent voir le jour.

Un projet de plus grande ampleur est en préparation selon Philippe Dubois, président de MO5.com,

Avant de retrouver la vidéo complète de l’expo, petit teasing :

Stay tuned !

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *