Tokyo [Game/Girls] Show 2011

Tokyo [Game/Girls] Show 2011

Des écrans géants à gogo, des trailers rythmés, une heure de trajet, une foule immense, 2 halls séparés par une grand allée remplie de cosplayers, du fun, mon deuxième Tokyo Game Show en deux ans…

Après une nuit passée du côté de Roppongi, il faut bien dire que se coucher à 6h30 et espérer se lever à 8h30 frais comme un gardon allait être un poquito mission impossible, surtout après un mois d’un road trip riche en visites, fiesta et par conséquent manque cruel de sommeil. Le hic c’est que nous avions donné rendez-vous à un français, Julien, devant la gare d’Otsuka à 8h30 pour nous diriger tranquillement au Tokyo Game Show qui n’ouvrait ses portes qu’à 10h00. Nous avions alors précisé à Julien qu’il était totalement inutile de se lever à 5h00 pour prendre le premier train jusqu’à Makuhari Messe et y arriver à 6h00.

Ouverture des paupières, malgré la clim’ il fait déjà chaud dans l’appartement. Je prends le téléphone histoire de checker l’heure, persuadé qu’il est à peine 8h00. Banco ! Pour la deuxième année consécutive, je serai en retard au TGS… Il est déjà 9h00. Et j’ai un colis rempli à envoyer en France…

Douché en quatrième vitesse, je rejoinds la gare qui n’est qu’à 30 secondes, le colis dans les mains. Je vois Julien, seul. Etrange, où est donc passé Cyril ?

Ni une ni deux, je me rends en bas de son immeuble et sonne, sonne de nouveau. Supra space, après encore deux ou trois coups de plus à l’interphone, j’entends une voix mythique, venue d’outre tombe. WTF ?

« Eh ben alors, qu’est ce tu fous ? Il est 9h et demi mec, y’a Julien qui nous attend à la gare ».

Voilà ce que je lui ai exactement dit à l’interphone. Le gars dormait à poings fermés, tranquillou Bilou. Amazing !

*Tic tac tic tac* 15 minutes plus tard, avec nos colis, on pouvait enfin se diriger à Ikkebukuro pour envoyer nos geekeries en France. Premier #fail, le centre commercial abritant la Poste n’ouvrait qu’à 10 heures (un peu comme le TGS quoi, normal ^^). Direction le 3ème étage, second #fail, on nous a expliqué qu’ils ne faisaient pas d’envoi à l’international. Direction l’autre bout d’Ikkebukuro pour enfin se délester de nos encombrants cartons.

Début de journée sportive, je savais qu’il nous faudrait une heure pour rejoindre la grand messe vidéo-ludique.

C’est peu avant midi que nous sommes arrivés comme des fleurs sur le salon. Pour s’y rendre, rien de plus simple, un petit tour de Yamanote et puis s’en vont puis un coup de ligne Keiyo jusqu’à Makuari Messe et le tour est joué. Sur la carte ci-dessous, le corbeau indique la gare de départ (Otsuka) et la gare d’arrivée (Kaihimmakuhari), il vous suffit de cliquer sur l’image pour l’avoir en plein écran :

 »]

 

 

Comme l’an dernier, il ne nous a pas fallu bien longtemps pour pénétrer dans le salon. Malgré une foule dense, tout est pensé afin que les visiteurs puissent profiter le plus vite possible du Tokyo Game Show.

Toujours autant de monde, jouer à la PS Vita allait s’apparenter au parcours du combattant, on en a donc profité pour déambuler dans les allées. Le plus impressionnant, il faut bien le dire, c’est que les stands du salon essayent d’attirer les gens avec des nuées d’hôtesses. J’aurais même presque l’impression que les jeux passent en second plan. On ne peut pas faire 20 mètres sans tomber sur une masse de « paparazi » endiablés faisant crépiter leurs flashs à qui mieux mieux.

OK, on ne va pas se mentir, on a fait un peu pareil, je souhaitais tester l’ouverture de mon objectif dans ces halls en ajustant la sensibilité et je voulais faire plaisir à Maxime Chao et lui envoyer des photos de babesje voulais juste shooter les habitantes des lieux.

Du monde sur les stands, la PS Vita prise d’assaut, il était quand même bien plus sage de prendre en photo les cosplayeuses. Encore une fois, très bon niveau, rien à redire. On se quitte en images 🙂

Share This

About the author

Editeur du blog de jeux vidéo et cinéma Seyth.com, je partage mes avis sans langue de bois sur cet espace. N'attendez-plus et rejoignez-moi sur Twitter

View all articles by Seyth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *